Bernard Benhamou a été notamment membre et conseiller de la délégation française au Sommet des Nations Unies sur la société de l’information puis délégué aux usages de l’internet. Aujourd’hui secrétaire général de l’Institut de la souveraineté numérique, qui a pour objectif de fédérer l’ensemble des acteurs concernés par les mutations numériques de nos sociétés et de faire connaître les nouveaux enjeux de la souveraineté numérique auprès des acteurs publics, des acteurs industriels ainsi que des citoyens.

Au cours de son intervention, Bernard Benhamou a développé devant les auditeurs les points suivants :

La gouvernance de l’internet est trop souvent résumée à la gouvernance des noms de domaine.
L’affaire Snowden a remis en question les fondamentaux de la confiance sur internet.
Internet est vulnérable car sensible à une crise de confiance systémique.
L’invalidation du Safe Harbour constitue le 1er acte de souveraineté numérique européenne.