Programme 2016-2017

Conférences-Débats

Ce programme de conférences-débats est une matrice dans laquelle vont s’insérer les interventions des personnalités qualifiées. Il ne s’agit pas d’un programme d’enseignement au sens académique du terme. Il est conçu pour s’assurer qu’au terme de la session, les principales thématiques indispensables à une bonne compréhension du cyberespace et des enjeux de la transformation numérique auront été traitées. Il est articulé en 3 modules.

Module 1 : Mise à niveau des connaissances

  1. Histoire du cyberespace – Théories de l’information – Informatique et télécommunications – Histoire de l’Internet – Étapes de la transformation numérique – Evolution des business models
  2. Le cyberespace techniquement, c’est quoi ? – Description du cyberespace : l’Internet et le reste – Différents modèles de représentation du cyberespace – Traitement de l’information : l’informatique – Transmission de l’information : les télécommunications – Les données, comment, pourquoi ?
  3. Géopolitique du cyberespace – Espaces stratégiques communs : similitudes et différences – Territoires numériques : géographie physique, géographie virtuelle – Gouvernances globales et locales – Souverainetés dans le cyberespace – Acteurs publics et privés du cyberespace
  4. Transformation de l’économie – Digitalisation des modèles d’affaires – Des MISO aux GAFA et aux ABTX – Transformation numérique de l’économie française – Etudes de cas et témoignages.
  5. Transformation de la société – Droit et éthique – Enjeux sociétaux – Mutation des usages

Module 2 : Approfondissement

  1. Enjeux économiques – Ressorts de la nouvelle économie et de la disruption digitale – Perspectives d’opportunités économiques dans le monde qui vient – Anatomie de la startup : obstacles et clés du succès – Le CAC 40 est-il mortel ?
  2. Usages numériques de demain Technologies : – Systèmes d’exploitation – Big dataCloud computing – Objets connectés – Ateliers de fabrication numérique (FabLab) – Monnaies virtuelles… Domaines d’application : – E-santé – Ville intelligente – Énergies nouvelles et smart-grid – Culture et éducation – Citoyen digital et l’Etat plateforme – Organisation du travail
  3. Les politiques numériques – L’action publique d’accompagnement de la transformation numérique (France, Europe). – La politique face au défi digital, témoignages et retours d’expérience.
  4. La cybersécurité – La sécurité des systèmes d’information et la cryptographie – La lutte anti-cybercriminalité – La cyberdéfense, en France et dans le monde.

Module 3 : Perspective et prospective

  1. Approche géopolitique du cyberespace – Les modèles de gouvernance pour demain – Des souverainetés à repenser
  2. Sociologie des usages dans le cyberespace – Permanence et changement – Un nouvel équilibre entre technologie et éthique – Des futurs possibles, entre transhumanisme et intelligence artificielle
  3. Droit et libertés publiques dans le cyberespace – Représentation politique et droits démocratiques – Un modèle : la République numérique
  4. Perspectives et prospectives Diverses représentations du monde numérique à l’horizon 2025…

Travaux de comités 2017-2018 : l’intelligence artificielle

 

L’intelligence artificielle est désormais le thème central de la transformation numérique. Les conséquences du déploiement tentaculaire de cette famille de technologies invasives, font l’objet d’analyses qui occupent tout le spectre des émotions, depuis les enthousiasmes les plus débridés jusqu’aux catastrophismes quasi-millénaristes. Cependant, au-delà de la « hype », le thème « intelligence artificielle » mérite la plus haute attention et un traitement des plus sérieux. Il est global et nécessite une approche holistique.

Au plan technologique, la puissance de calcul disponible et les efforts de recherche ont permis à l’IA de faire, au cours des deux dernières années, des progrès spectaculaires. Des perspectives nouvelles se sont ouvertes. Il est d’ailleurs essentiel de placer la réflexion sur l’IA dans une dynamique temporelle pour percevoir le caractère exponentiel des progrès réalisés, que renforcent la convergence et l’hybridation de ces technologies avec d’autres comme le cloud computing, l’Internet des objets, le big data, la réalité augmentée ou les interfaces naturelles.

Il est cependant indispensable d’analyser le dossier IA à la lumière d’autres champs disciplinaires. Il existe par exemple une géopolitique de l’IA, parce que la bataille du leadership mondial est lancée et des questions de souveraineté vont se poser de manière de plus en plus aigüe. L’IA est aussi un enjeu économique majeur pour les entreprises de toutes tailles. Leur capacité à intégrer, dans leurs modèles d’affaire et dans leurs organisations métiers, des solutions d’IA adaptées conditionnera très probablement leur compétitivité. La question de l’IA relève également des ordres juridique, éthique, sociétal. Toutes les disciplines sont interpellées, et appelées à se mobiliser.

De fait, par sa capacité à bouleverser tous les paradigmes sur lesquels la société s’est construite, l’IA est d’abord un sujet éminemment politique. Les auditeurs de la prochaine session du CHECy seront appelés à traiter et approfondir cette thématique en quatre comités, suivant différents axes complémentaires :

1. Approche historique et descriptive de l’IA. D’où vient-elle et de quoi s’agit-il ? Quels scenarii d’évolution ?

2. Une géopolitique de l’IA. Quelles sont les forces en présence, quels en sont les acteurs, quelles sont leurs stratégies ? Quelle place pour la France et l’Europe ?

3. Approche économique de l’IA. Comment l’IA va-t-elle transformer l’activité économique ? Estelle un facteur de compétitivité pour les entreprises ?

4. Les conséquences éthiques et sociétales de l’IA : vers un ordre nouveau ou une nouvelle humanité ?

L’objectif consiste, pour chaque comité, à élaborer une contribution sur l’IA, sous la forme d’un rapport, assortie de recommandations à destination des pouvoirs publics, des institutions européennes, des décideurs économiques, du monde académique et de la recherche, concernés par cette thématique. Les contributions des comités seront assemblées dans un ouvrage collectif en vue de sa publication.

Colloques

Chaque comité a la charge de l’organisation d’un colloque, sur une thématique qu’il devra au préalable reformuler et adapter aux partenaires avec lesquels ce colloque sera organisé.

Les 5 thématiques des colloques :

  • Presse et media à l’ère numérique : quels modèles pour une information de qualité ?
  • Le numérique modifie-t-il la notion d’Etat, de souveraineté, de citoyenneté ?
  •  Comment repenser la place de l’homme et sa relation au collectif, dans la société numérique ?
  • Comment s’articulent transformation numérique et transition énergétique, entre synergies et contradictions ?
  • Quel leadership, à l’ère de la révolution numérique, comme enjeu de la transformation des organisations ?

Jeux Didactique

1 – Initiation au code
“Le logiciel dévore le monde,” dit souvent Marc Andreessen, l’un des plus influents venture capitalists, car désormais le logiciel s’immisce dans tous les secteurs de l’économie, s’hybride avec le matériel et affecte les positions et les niveaux de marge de tous les acteurs. L’objectif pédagogique consiste à comprendre comment passer d’une idée à une application, quelle est la méthode de raisonnement, quelles sont les compétences à mobiliser et les étapes à respecter, en codant une application simple.

2 – Gestion d’une crise de cybersécurité
L’objectif pédagogique consiste à mettre en évidence les réflexes à avoir, les actions à prendre, les moyens de communication à mettre en œuvre, les acteurs à solliciter, les conséquences à anticiper.

3 – Web intelligence
Apprentissage des outils de veille stratégique et de la mise en œuvre des techniques de cyber- intelligence. Avec le numérique et le big data, les méthodes d’acquisition de renseignement ont connu un véritable bouleversement. L’objectif pédagogique consiste à permettre aux auditeurs d’acquérir une certaine autonomie en matière de veille stratégique, d’appréciation de situation, de compréhension de leur environnement, de détection des signaux faibles, en utilisant des outils simples et disponibles sur le web et des techniques adaptées aux besoins d’un cadre dirigeant.

Visites

Les auditeurs sont reçus dans divers organismes, publics ou privés, et développent une thématique par une expérience in situ. Ces visites permettent aux auditeurs d’acquérir une compréhension concrète des éléments constitutifs du cyberespace et des outils qui en assurent le fonctionnement, ainsi que de l’organisation de structures fortement digitalisées. Elles permettent en outre de rencontrer des décideurs de haut niveau.

  • Forum International de la Cybersécurité (FIC Lille)
  • Institut de Recherche Criminelle Gendarmerie Nationale (IRCGN Pontoise) 
  •  HUB, FabLab, Data Center…

Voyages d’études : De manière optionnelle, une Learning Expedition est organisée au CES de Las Vegas.

Travaux de comités 2016-2016 : l’identité numérique

Le concept d’identité numérique est complexe à appréhender. Chacun est plus ou moins convaincu de le maîtriser, en général à partir d’une définition élaborée intuitivement. De fait, il n’existe pas de définition canonique de l’identité numérique, même si certains organismes ou entreprises sont tentés d’en retenir une définition cohérente avec les activités qu’ils déploient autour de cette notion. Le sociologue n’adoptera bien entendu pas la même définition que le fournisseur de solutions IAM (Identity and Access Management). L’identité numérique et son caractère polymorphe a été retenue par le Comité scientifique du CHECy comme thématique majeure des travaux de comités de la session 2016/2017.

Plusieurs institutions, publiques et privées, ont fait part de leur intérêt pour les travaux du CHECy sur l’identité numérique. Certaines ont souhaité être associées à la réflexion des auditeurs et auront la possibilité d’orienter leurs travaux dans le cadre des partenariats que nous leur avons proposé.

Les comités de la prochaine session seront appelés à traiter et approfondir cette thématique suivant différents champs disciplinaires complémentaires :
a – Les données personnelles caractérisent-elles l’identité numérique ?
b – L’identité numérique est-elle constitutive de l’identité de l’individu ?
c – Quels liens entre identité numérique et identité physique, entre anonymat et pseudonymat sur l’Internet ?
d – L’Etat doit-il assumer, au profit de la collectivité nationale, une responsabilité sur l’identité numérique des citoyens ?

L’objectif consiste, pour chaque comité, à élaborer une contribution assortie de recommandations à destination des pouvoirs publics, des institutions européennes, des décideurs économiques et des acteurs du monde associatif engagés sur cette thématique. Les contributions des comités seront assemblées dans un ouvrage collectif en vue de sa publication.